Dimanche 28 octobre

 

Nous allons profiter du calme de ce troisième jour de l'Aïd pour rejoindre Agdz.

Le soleil est au rendez-vous, la température est parfaite pour faire la route et un petit vent nous sera favorable.

 

Pour plus de photos, voir Maroc 2011.

 

 

Impossible de touver un resto aussi bien placé...........

 


 

Cette route offre des paysages de toute beauté.

 

 

La route de Tata à Foum Zgid est très bonne (aujourd'hui).

 

Foum Zguid, comme Tata, est déserte et nous ne ferons que passer.

 


Etat de la route Foum Zguid-Agdz

 

Nous avions fait cette route en 2010 dans le sens Agdz-Taroudant donc la portion E-C. C'était une belle route.

 

Aujourd'hui Nous l'avons faite en venant de Foum Zguid.

 

La portion A à C présente des paysages de toute beauté.

La portion A à B offre un revêtement correcte.

La portion B à C présente un revêtement souvent dégadé mais est très roulante dans l'ensemble.

 

La portion C à D c'est l'enfer. La route est complètement défoncée sur 26kms.

Cette dégradation est due aux passages des camions allant à la mine de cobalt de Bou Azzer.

Il est à mon avis anormal que l'état marocain n'exige pas de la société minière la réfection de la route.

 

La portion D à E est très bonne (aujourd'hui). C'est une route très rectiligne, bien matérialisée deux voies et offrant de beaux paysages.

 


Mine de cobalt de Bou Azzer


Agdz

 

Nous sommes au camping, si on peut appeler ça un camping, mais le principal est de récupérer de ces 30 kms qui nous ont cassé.

 


Lundi 29 octobre

 

Le ciel est couvert, quelques gouttes s'invitent sur le toit du Ccar, il n'y aura donc pas de soleil sur  la route de Zagora.

 

13h30, nous sommes installés dans le très beau camping Les jardins de Zagora. Que de changement depuis 2010.

 

Je vais aller m'acheter une paire de sandales car ce matin j'ai eu la mauvaise surprise de constater que l'une d'elles avait disparu. 

 

Comme au Portugal, probablement qu'elle a servi de repas à un chien errant...

 

 


Samedi 3 novembre


Depuis deux jours le beau temps s'est réinstallé sur Zagora. C'était la condition pour pousser jusqu'à Mahmid.

 

Sauf que nous ne voulons pas renouveler l'expérience de Laâyoune. La lecture du guide nous laisse entendre qu'il n'y a rien de grandiose à découvrir dans cette base de départ pour les excurtions dans le désert.

 

Nous décidons de faire l'impasse de Mahmid et prendrons la route de Ouarzazate.

 

Nous quittons donc Zagora et son ambiance de ville du sud ainsi que  le camping ' Les Jardins de Zagora " qui mérite bien son nom et dont la piscine devrait être disponible l'an prochain.

 

 

On peut faire de belles... rencontres au jardin de Zagora. Mais il en est que l'on ne regrettera jamais LES MOUCHES...

 

 

Pour un reportage plus vaste sur Zagora, voir Maroc 2010 ici:

http://www25.jimdo.com/app/sa0b6f12ed89bc454/p28e49bc23d5b1506/

 


Sur la route de Ouarzazate

 

Nous empruntons la route de Agdz, la merveilleuse vallée du Draa dont malheureusement bons nombres de sites se détériorent au fil du temps et surtout de la pluie. Mais c'est ainsi.

 


 

Après Agdz, la route va nous offrir des paysages complètement différents, laissant derrière nous les palmeraies.

 

Tout au long de l'ascension du Tizi-n-Tinififft, 1660 mètres, ce ne sont que des variartions de paysages de roches. Sur une partie les précipices sont bien présents et bien sûr, dans ce sens, coté passager...

 

 

 

Deux observateurs c'est qu'il y a sûrement quelque chose à voir...

 


Ouarzazate

 

Encore quelques kms et nous serons dans la vallée du Ouarzazate, dans cette belle ville de Ouarzazate.

 

 

Nous voilà à Ouarzazate et comme l'indique le thermomètre il fait 38°. 

 

Avant de nous rendre chez Fatima, nous allons faire quelques courses. Puis il est temps d'aller casser la croûte. C'est dans un petit restaurant, sur la grande place, que nous mangerons une des meilleures harira et de très bonnes brochettes de kefta.

 

Nous nous rendons ensuite chez Fatima pour y déposer quelques affaires avant de nous rendre au camping.

C'est au camping de Ouarzazate que nous nous installons. Une dizaine de Ccar et des 4x4 occupent déjà les lieux.

 

 

 


Mercredi 7 novembre

 

Voilà deux mois que nous sommes entrés au Maroc et notre séjour à Ouarzazate se termine. Il faut dire que le manque de moyen de locomotion, l'an dernier nous avions le scoot, fait cruellement défaut.

 

Pour autant le principal y est puisque nous avons passé de bons moments avec Fatime et sa famille et avons fait de sympathiques rencontres à l'image de Monique et Jean-François.

 

 

Ouarzazate c'est surtout le cinéma et les studios sont une aubaines pour les marocains qui peuvent y être embauchés comme figurants.

 


Sur la route de Marrakech

 

Il est 10h00 quand nous prenons la route de Marrakech, celle du Tichka.

Cette nuit nous avons eu de la pluie et si le soleil est présent ce matin, les nuages le sont aussi.

 

 

Cette route n'a pas fini de nous en mettre plein les yeux.

 

Nous retrouvons l'habitat de montagne ou la pierre est plus présente dans les constructions.

 

 

Les oueds ne manquent pas d'eau. Le Maroc a reçu beaucoup de précipitations et cela a été visible partout ou nous sommes passés.

 


 

Le vert paraît presque irréel après avoir vu principalement du rouge, de l'ocre et du jaune pendant des semaines.

 


Et la route continue...

 

Voilà, nous avons passé le Tichka et ses 2260 mètres. Bien que venant de Ouarzazate l'ascension soit facile, la descente est impressionnante.

 

Il est 17h30 quand nous nous installons au camping Ferdaous. 

 

 

 


Jeudi 8 novembre

 

La nuit fut bien arrosée et heureusement le sol du camping est copieusement recouvert de gravier.

 

Nous nous rendons au Marjane pour faire quelques courses et au retour nous passons voir le camping le Relais de Marrakech. L'état du sol, vu les intempéries nous fait préférer retourner au Ferdaous.

 

Pluie pratiquement toute la journée.

 

 

Vendredi 9 novembre

 

Copier, coller, pluie... une bonne partie de la nuit.

 

6h00, il pleut et nous décidons de remonter sur Moulay Bousselham.

 

Nous nous installons au camping et ne sommes pas seuls. L'herbe grasse, signe de copieuses pluies sur la région ces derniers temps, fait le bonheur des tondeuses à gazon marocaines.

 


 

La tornade de Moulay... 

 


Maroc 2012. Le bilan.

 

Dernier coucher de soleil de ce Maroc 2012 dont on peut dire qu'il s'est très bien déroulé.

 

Il est vrai que nous avons fait très peu de découvertes si ce n'est la descente vers Laâyoune.

Pour autant nous avons revu et revécu avec beaucoup de plaisir les sites déjà parcourus.

 

Ce qui nous a beaucoup manqué : un moyen de locomotion.

 

Avec Falco ce n'est pas possible de prendre le bus. Quant au taxis c'est selon le bon vouloir du chauffeur et l'occasion de nous taxer un maximum.

 

Ce dont nous nous serions bien passé : une fois de plus pas mal de problèmes avec le Ccar.

 

- La batterie de la cellule à Algéciras en descendant.

- Le frigo qui ne tenait plus dans son logement et que j'ai du boulonner.

- Une fois de plus, la porte de la douche à laquelle il a fallu trouver un système de blocage pour plus qu'elle ne sorte de son rail.

- le bac à douche troué par la porte qui était sortie de son rail.

- La porte du four dont le système de fermeture n'a pas résisté aux vibrations de la route et qu'il a fallu bloquer avec du fil élecrique.

 

Et oui, les routes du Maroc ne sont pas tendres avec nous petites maisons à roulettes.

 

 

Le prochain Maroc apportera aussi son lot d'aléas et ses plaisirs de le vivre.